Picture of the week # 5

reportage photo le Caire Egypte

 

En 2008, je me suis rendu au Caire pour différents reportages photo. Bien avant les événements du printemps arabe, je suis passé à côté de la place de la « libération », la maintenant fameuse place Tahrir,  et j’ai photographié ce panneau avec cette indication : « WAIT FOR IT ». A regarder cette image maintenant, je trouve ce clin d’œil de l’histoire fort à propos et assez délicieux…

A priori nous sommes ici loin du photographe de mariage. Mais finalement pas tant que cela, de mon point de vue. En effet, j’entends que mon travail documentaire, quel que soit le cadre, tout en s’inscrivant résolument dans des contextes précis et reconnaissables, tende vers une forme d’intemporalité. Il me semble que c’est là que réside une partie de la force d’un travail. Je pense qu’elle est présente dans les formes esthétiques même les plus anciennes. Lorsque je photographie un mariage j’ai la responsabilité d’une certaine forme de mémoire familiale pour des générations à venir.

In 2008, I went to Cairo for different photo essays I was working on. Long before the events of the Arab spring, I was on the now famous Tahrir (liberation) Square, and I photographed this billboard with the inscription: « WAIT FOR IT ». Looking at this picture now, I find this snap of history so timely and quite delicious …

At first glance we are here far from the wedding photographer. But ultimately not that much. In fact, I intend that my documentary work, regardless of the framework, while being undoubtedly a part of specific recognizable contexts, tends to a form of timelessness. I think that this is where resides the strength of a photographic work. It is even present in the oldest aesthetic forms. When I photograph a wedding I am responsible for some form of family memories for generations to come.