Wedding party Picture of the Week # 40

 

Couvrir un mariage n’est pas une gageure, ni d’un point de vue physique, ni d’un point de vue technique, et encore moins d’un point de vue « créatif ». La photographie documentaire de mariage est une bonne école à mon sens pour acquérir un certain nombre de compétences clés, transposables dans d’autres contextes à documenter. Lorsque vient le moment de la soirée, je privilégie au maximum le travail en lumière naturelle, mais parfois je n’ai pas le choix et je sors mon flash.

La maîtrise du flash en conditions de photographie de mariage est complexe, car les situations changent très rapidement : nature de la lumière (et même absence), direction de la lumière, sujets en mouvements, habits très sombres et très clairs, … bref la galère bien souvent!

Lors de ce mariage, à un moment donné de la soirée les mariés ont été conviés à sortir dans la cours du château pour une surprise. En effet les deux mariés étaient musiciens et avaient fait partie d’un fanfare. Du coup, distribution d’instruments et c’était parti pour vingt minutes de reprises! La surprise pour moi c’était que nous étions dans le noir complet! Première réaction: je peste…, deuxième réaction: je me demande comment rendre visuellement l’ambiance. Je fais mes réglages et une fois calé, me concentre sur ce qui se passe pour « sortir » une photo forte, étonnante qui retranscrive au mieux la scène.

Je ne suis pas un geek de la technique photo, mais je crois important d’avoir quelques fondamentaux, comme autant d’outils à disposition, que l’on peut sortir opportunément pour réussir les images que l’on a en tête. C’est un confort certain de travail, mais qui doit être toujours au service d’une vision personnelle de son travail.

 

Covering a wedding is not a challenge from a physical point of view, nor a technical point of view, and even less from a « creative » point of view. Documentary wedding photography is a good school in my opinion to acquire a number of key skills, transferable to other contexts. When comes the time for the evening reception, I prefer to work mostly with the natural light, but sometimes I have no choice and I pull out my flashlight.

Mastering the flashlight in weddings is complex because situations change very quickly: the nature of light (and its absence), the direction of light, moving subjects, contrast between dark and clear clothes… a torment!

During this wedding, at a certain point in the evening the couple were invited to go out to the courtyard of the castle for a surprise. The groom and bride were actually musicians and had once worked in a brass band. As a result, musical instruments were distributed and it was time for twenty minutes of cover versions! The surprise for me was that we were in complete darkness! First reaction: I was angry. Second reaction: I started to wonder how to render the visual atmosphere. I did my settings and focused on what was happenning, to be able to get a strong and astonishing image that conveys to the best the scene.

I’m not a tech geek but I think it’s important to have some basics, tools we use that help us make the images we have in mind. Tools give us  a certain comfort in work, but they should always serve the personal vision of our work.

Tags : , , , ,